Ames errantes

J’ai entendu parler, dans un livre où étaient mentionnés les dangers du spiritisme, d'”âme errante”, l’âme d’une personne décédée de mort souvent violente qui ne serait pas passée dans l’au-delà. Ce sont des exorcistes qui utilisent ce terme. Comment est-il possible qu’une âme demeure sur terre après la mort et n’ait pas son jugement ? Cette définition est-elle reconnue par l’Église ?

Nous ne sommes pas exorciste et ils seraient plus compétents que nous. Toutefois, ces exorcistes en question sont-ils catholiques ? Car les catholiques ne croient pas aux fantômes et il n’y a pas d’« âme errante » en théologie catholique. Il nous semble plutôt que c’est un reste de paganisme.

Les âmes vont en Enfer, au Purgatoire ou au Paradis en attendant la résurrection des corps au Dernier Jour (au Purgatoire, en attendant d’aller au Paradis). Ou « sont » dans un état infernal, en purification en en contemplation de Dieu face-à-face, comme le dit davantage la théologie contemporaine. Comme l’explique Benoît XVI dans son encyclique Spe salvi, l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis expriment plutôt des états de l’âme que des lieux.

Bref, une âme n’a pas la possibilité d’errer à sa guise. Ce que notre foi ne nie pas, c’est que des pratiques occultes permettent éventuellement de les contacter. Mais c’est justement une transgression très grave car elles ne doivent pas circuler ainsi. Dès le Deutéronome (Dt 18,11), la nécromancie est formellement condamnée et le roi Saül est maudit une deuxième fois quand il demande à une nécromancienne de faire revenir l’ombre de Samuel pour le consulter (1 S 28).  D’où la dénonciation du spiritisme.

En revanche, la doctrine catholique ne se prononce pas sur l’efficacité ou non de ces pratiques parce qu’on ne sait pas à qui on a affaire. Rien ne prouve que c’est avec un mort qu’on établit le contact. Ce peut être avec un démon. Qui, eux, pour le coup, circulent. Toute forme de nécromancie expose donc à de très graves dangers, en particulier d’être ensuite sous l’emprise d’un démon.

Cf. aussi https://reponses-catholiques.fr/spiritisme-et-devotion-aux-saints/, https://reponses-catholiques.fr/la-pratique-du-spiritisme-est-elle-interdite/

5/5 - (4 votes)

Commentaires

  1. Malleron

    Bonjur,
    Votre réponse sur les âmes errantes n’est pas juste. Aussi, ai-je cherché dans les livres que j’ai écrits et je vous cite de nombreuses réponses de prêtres exorcistes fiables français et étrangers et que je partage puisque j’exerce depuis plus de douze années des charismes dont celui de libération, avec une belle lettre de Dom Amorth en bas de page.
    Cordialement,
    B.M.
    Dossier écrit sur les âmes errantes par Béatrice Malleron qui a plus de douze années d’expérience dans l’exercice de charismes dont celui de libération des esprits démoniaques, reconnue par différents prêtres exorcistes et docteurs en théologie, et aussi par Dom Amorth, voir sa lettre en bas de document et j’ai été formée pendant trois ans et demi par un prêtre exorciste français renommé.
    1) Tout d’abord, je m’appuie sur Selon Dom Amorth, dans le livre « Nouveaux récits d’un exorciste » :
    « Je ne fais qu’évoquer […] un problème […] : celui des présences. C’est ainsi qu’on appelle la possibilité pour une personne d’avoir présente en elle des âmes de défunts : damnés, personnes décédées de mort violente ou subite, ancêtres ou personnes étrangères à sa propre famille. […] » Mais il y a d’autres prêtres exorcistes comme Mgr Tournyol du Clos qui confirment la présence d’âmes errantes dans un corps humain vivant.
    2) Le Seigneur me donna en octobre 2014 le charisme de porter des âmes errantes ou âmes dans le passage de la mort afin de les évangéliser pour qu’elles montent dans les demeures éternelles avec l’aide de la Vierge Marie, saint Joseph et leur Ange Gardien et afin de les libérer de tous leurs esprits impurs ou de malédictions lancées…

    3) Extrait du Chapitre 3 de mon deuxième livre « Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu » – Libération d’âmes dans le passage de la mort ou âmes errantes ou morts « liés » ou âmes des défunts.

    – J’ai pu aussi contacter le père exorciste du Bénin, le Père Fanou, sur ce sujet peu connu en France.
    – D’après Monseigneur Tournyol du Clos : les âmes errantes.

    « On en trouve beaucoup sur les anciens champs de bataille, là où ont été perpétrés des massacres ; ou encore sur des sites préhistoriques ou d’antiques cimetières païens. Si, à des degrés divers, elles peuvent tourmenter des vivants, c’est pour attirer leur attention sur leur état d’errance qui leur est extrêmement difficile à supporter.

    Les âmes qui ne se sont pas préparées à paraître devant Dieu ou ont connu une mort violente souffrent beaucoup de ne pas profiter des suffrages que nous devons offrir pour elles, surtout si un lien de parenté, même lointain dans le temps, les unit à nous…
    Tous ces morts « liés » n’ont pas besoin de l’exorcisme pour être libérés, mais d’amour et de prière. Ils sont mentionnés ici … que pour rappeler la nécessaire réserve en matière de discernement diabolique. »
    – Les Saints nous enseignent : Saint Antoine le grand (vers 300-350) : Le mort reste quelque temps sur terre.
    Dans la tradition orthodoxe, qui se fonde sur les visions dont certains saints ont été favorisés, on estime que durant les deux premiers jours après la mort, l’âme reste encore sur terre, parcourant les lieux où elle a vécu et auxquels elle a été attachée durant sa vie terrestre. À partir du troisième jour, elle passe par ce que les Pères de l’Église appellent les « postes de péage.» Ces “péages” sont représentés de la manière suivante dans des visions de saint Antoine le Grand que nous raconte saint Athanase, Docteur de l’Eglise, dans sa vie de saint Antoine écrite en 356 :
    « Un jour, sur le point de manger, étant debout pour prier vers la neuvième heure, il se vit lui-même ravi en esprit. Chose étonnante, debout, il se vit lui-même hors de lui-même comme conduit à travers les airs par certains personnages ; ensuite il en vit d’autres, amers et cruels, debout dans l’air et voulant l’empêcher de monter. Ses conducteurs le défendant, les autres demandèrent s’il leur était soumis et voulurent lui faire rendre des comptes depuis sa naissance. Les guides d’Antoine s’y opposèrent, disant aux adversaires : Le Seigneur a remis les fautes commises depuis sa naissance ; vous pouvez lui demander compte de celles qu’il a commises depuis qu’il s’est fait moine et consacré au Seigneur. Les adversaires l’accusaient, sans pouvoir rien prouver. La route fut libre et sans obstacles.
    Alors Antoine se vit revenir ; debout devant soi, et de nouveau il fut lui-même. Oubliant son repas, il passa le reste du jour et la nuit dans les gémissements et la prière. Il admirait par quelle lutte et quels labeurs il faut traverser les airs et il se souvenait de ce que dit l’Apôtre du prince de la puissance de l’air (Ep. 2,2). L’ennemi a pouvoir de combattre et d’empêcher ceux qui montent à travers (les airs). Il faisait donc surtout cette exhortation : « C’est pourquoi prenez l’armure de Dieu, afin de pouvoir résister aux jours mauvais en sorte que l’adversaire soit dans la confusion : n’ayant aucun (mal) à dire de nous ” (2 Co 12, 2).
    Plus tard, il eut une controverse avec quelques visiteurs concernant le passage et le séjour de l’âme après la mort ; la nuit suivante, quelqu’un l’appela d’en haut : « Antoine, lève-toi et regarde. » Il sortit, car il savait à qui il convenait d’obéir ; levant les yeux, il vit un être géant, affreux, redoutable, debout et atteignant les nuées. Des êtres paraissant ailés montaient. Le géant étendait les mains, empêchait les uns ; les autres, volant au-dessus, traversaient, étaient conduits en haut sans être inquiétés. Pour ces derniers, le grand grinçait les dents ; il se réjouissait de voir tomber les autres. Aussitôt Antoine perçut une voix : « Comprends ce que tu vois. » L’esprit lui fut ouvert : il comprit que c’était le passage des âmes, que le géant debout était l’ennemi qui porte envie aux fidèles, règne sur ceux qui se sont soumis à lui et les empêche de passer ; mais ne peut dominer d’en haut ceux qui ne se sont pas laissé persuader par lui. Averti par cette nouvelle vision, il luttait de plus en plus pour progresser chaque jour. »
    Ainsi, pendant les quarante jours qui précèdent l’attribution à l’âme du défunt de ce qui sera son séjour provisoire jusqu’à la parousie, les démons présentent tout ce qu’elle a pu commettre comme fautes durant sa vie terrestre ; son seul recours est alors le repentir qu’elle a manifesté pour les péchés qui lui sont reprochés, les bonnes œuvres qu’elle a accomplies durant sa vie terrestre et l’intercession de l’Église et des saints. La prière pour les défunts revêt ainsi, dès le moment de leur mort, une grande importance ; elle protège l’âme et la défend contre les entreprises des démons . »
    4) Mon expérience auprès des mourants me sera fort utile, puisque j’emploie des prières adaptées pour les agonisants et les âmes du Purgatoire.
    Parfois, ces âmes peuvent avoir vécu des sévices importants de leur vivant et leur souffrance fut tellement atroce qu’elles craignent de monter vers le Seigneur qu’elles ne connaissent pas et dont elles ont peur et certaines se rendent compte aussi qu’elles ne sont pas dignes de l’Amour Pur de Dieu, cité par une âme errante libérée, même lorsque leurs esprits impurs sont libérés.

    Beaucoup d’amour, de compassion et de patience nous sont donnés pour conduire ces âmes à Jésus qui vivent sur la terre un temps de purification plus ou moins long puisqu’elles peuvent descendre de génération en génération dans le corps d’un vivant, particulièrement des femmes. Et Marie, Notre Mère, à sa suite, nous encourage à recevoir des entrailles de miséricorde pour les aider.

    Très souvent, on se rend compte que des âmes errent proches d’endroits théâtres de combats sanglants. Je ne les vois pas mais je les entends. L’une d’elles faisant partie d’âmes de résistants tués par des nazis dans une ferme m’avait demandé de prier pour eux. J’ai entendu « prie pour nous ».
    5) Un prêtre exorciste m’a conseillé de réciter cette prière. Pour les âmes du Purgatoire. Je remplace âmes du Purgatoire par âmes dans le passage de la mort.
    Le Notre Père de Sainte Mechtilde pour les âmes du Purgatoire
    Prière enseignée par Notre Seigneur à sainte Mechtilde, lors d’une apparition, pour le soulagement des âmes du Purgatoire. A chaque fois que sainte Mechtilde récitait cette prière, elle voyait des légions d’âmes du Purgatoire monter au Ciel.
    6) Saint Bernard , Docteur de l’Eglise catholique, (1090-1153) : Vision d’une âme errante
    « Saint Bernard raconte dans la Vie de saint Malachie : « Saint Malachie vit un jour sa sœur qui avait trépassé depuis quelques temps. Elle faisait son purgatoire au cimetière : à cause de ses vanités, des soins qu’elle avait eus de sa chevelure et de son corps, elle avait été condamnée à habiter la propre fosse où elle avait été ensevelie et à assister à la dissolution de son cadavre. Le saint offrit pour elle le sacrifice de la messe durant trente jours. Ce terme expiré, il revit à nouveau sa sœur. Cette fois elle avait été condamnée à achever son purgatoire à la porte de l’Église, sans doute à cause de ses irrévérences pour le lieu saint, peut-être parce qu’elle avait détourné les fidèles de l’attention des Mystères Sacrés. » De multiples autres témoignages d’apparitions et de révélations faites aux saints confirment ce genre de récit. Donc certaines âmes font leur purgatoire sur terre. »
    7) Je remercie spécialement ce prêtre, docteur en théologie, qui a maintenant une grande responsabilité ecclésiale, de sa confiance puisqu’il m’a laissée mener la prière pendant trois heures pour libérer une personne diagnostiquée schizophrène de plusieurs âmes dans le passage de la mort.

    Quand j’ai découvert ce sujet d’âmes dans le passage de la mort, que j’appelais au début « esprits humains défunts », le prêtre exorciste accompagnateur m’avait demandé de poser quelques questions à ce docteur en théologie pour approfondir le sujet :
    « Pourquoi ces esprits humains défunts étaient-ils là ?
    Par quelle magie, quel moyen ?
    Y a-t-il une trace dans la Bible ou dans la Tradition, dans la Révélation, que l’esprit humain puisse demeurer sur la terre après la mort ? Qui plus est dans un vivant ?
    Pourquoi dites-vous que ce n’étaient pas des démons ? Qu’est-ce qui le prouve ? »

    7 bis) Réponse du prêtre français, docteur en théologie, qui avait prié avec moi et l’abbé Bourdalé-Dufau pour la libération de ces âmes dans le passage de la mort :

    « Il y a des milliards d’interventions du Ciel sans qu’on ait à dire qu’ils « demeurent sur la terre ». Ces voix ne « demeurent » pas « sur la terre ». Il y a des milliards d’exemples d’interventions de personnes du Ciel ou du Purgatoire parmi nous qui sommes sur la terre. Des milliards d’exemples de locutions intérieures. CF Jn de la Croix, Montée du Carmel ; ch. 26. Un des critères de distinction entre bonne ou mauvaise locution : accompagné d’humilité ou d’orgueil. Que ce n’étaient pas des voix de démons ou d’âmes infernales (sauf une), c’est leur vie sur terre bonne (ou mauvaise pour la mauvaise âme) et le contenu de leurs interventions, bonnes (ou mauvaises). Et j’atteste cela (écrit-il) après plus de 15 ans de suivi d’accompagnement spirituel. Cela dit, la personne a aussi un suivi psychiatrique, mais elle sait distinguer en principe entre son imaginaire et ce qui ne vient pas d’elle.
    Pour compliquer, il y a peut-être aussi le cas de la personne « dans le passage de la mort… ».
    Je lui demandais quelle était la meilleure dénomination pour ces âmes ? Ames défuntes ou errantes ? Ou âmes égarées ? Ou âmes dans le passage de la mort ? Il me répondit « les morts injustes et violentes ».
    « Il me recommandait de lire le deuxième livre de Dom Amorth « Nouveaux récits d’un exorciste (Ed ŒIL ou FX de Guibert) paragr.4, pages 159-161. » Il avait aussi rencontré le père Michel Gwinnel, prêtre diocésain à Londres pendant 50 ans, qui donnait son expérience sur ce thème. »

    8) Un autre défunt, esclave de son vivant, était mort enchaîné avec des fers aux pieds. Par le discernement direct des esprits, je ressentais dans ma chair les chaînes et les fers aux pieds. Il avait d’abord habité la mère de la personne pour qui nous prions, puis quand cette femme fut décédée et que sa fille ressentit les mêmes pathologies que la défunte, elle alla vite consulter un prêtre exorciste avec qui j’ai prié.

    9) « Le Padre Fortea est un exorciste espagnol connu qui a écrit la « Summa daemoniaca et exorcistica ». Il y écrit un chapitre au sujet des « âmes errantes ». Il parle de certains cas où pendant ses exorcismes ces âmes se manifestent à travers les possédés ».
    « Il dit que ces âmes ont une voix qui n’est pas pleine de haine (comme celle des démons), elles prient sans efforts et disent souvent de se trouver « dans l’obscurité » et qu’il y a beaucoup d’âmes qui « errent » sans repos sur terre. Si on prie pour elles, on les « évangélise », on leur parle de Jésus et de son Evangile…à un moment donné elles disent qu’elles voient « une femme » (la Vierge ?) et une Lumière (un ange ? Le Seigneur ?) Et elles s’en vont en sortant du possédé « sans fracas » (mais au contraire les démons quand ils s’en vont, font des CRIS TERRIBLES !). Si on cherche à les exorciser rien ne se passe. Ils ont seulement besoin de prière. Parfois elles ne connaissent même pas l’existence de Dieu ! dit Père Fortea ».
    « Le Père Fortea cite le dogme de Benoît XII (Benedictus Deus), le passage célèbre « AUSSITOT APRES LA MORT…etc. » et se demande comment on peut concilier le dogme avec ces faits ».
    « Voilà comment faire concorder cela avec le dogme de Benoît XII : en Hébreu, “Shéol” veut dire “la mort”. Autrement dit ces âmes sont DANS LE PASSAGE DE LA MORT. Elles ne sont pas APRES LA MORT. Après la mort (c’est-à-dire après ce PASSAGE PAR LA MORT, le shéol, qui doit durer normalement quelques heures, mais dure parfois des années) l’âme entre aussitôt en enfer éternel car, cette fois, elle a rejeté lucidement le Christ et son évangile. »
    « Le père Fortea confirme qu’il peut y avoir des âmes qui REFUSENT la Lumière du Christ au moment de la mort, parce qu’elles NE VEULENT PAS SE REPENTIR, mais qui n’arrivent pas jusqu’à la HAINE DE DIEU…Par conséquent le Seigneur les laisse « errer sur terre » jusqu’au jour du Jugement Final. Le père Fortea pense qu’il s’agit du “Purgatoire” de ces gens qui ont risqué et risquent l’enfer (ils n’ont pas même encore fait leur choix pour ou contre le Christ). »
    « On peut citer aussi « Exorcistes et psychiatres » du Père Gabriele Amorth où (sans donner un jugement définitif) il réfère l’opinion de différents exorcistes à ce sujet-là (le chapitre s’appelle « Les surprises des exorcistes : les âmes des morts »)… »
    10) J’ai écrit au Padre Fortea le 8 juillet 2013, il m’a répondu aimablement une heure après mon émail qu’il avait aussi rencontré des cas d’âmes errantes et d’esprits humains vivants dans un corps humain vivant. Il avait écrit une thèse en espagnol sur ce sujet. Il croit en ces cas et a déjà prié pour eux, m’écrivait-il. Ce qui confirmait mes découvertes.

    11) Extraits du livre « la délivrance pour aujourd’hui de Francis MacNutt » Editions Bénédictines, support de ma formation fin 2010 avec Béatrice Soulary qui a un ministère de délivrance et sur recommandation d’un prêtre exorciste.

    Chapitre 6, page 98 : Les esprits ancestraux (bien connus).

    A la page 99, … « s’agit-il d’un esprit mauvais que l’on doit envoyer aux abîmes ? » Ou s’agit-il simplement d’un esprit humain malheureux et sans repos ? » Il suffit pour cela de dire à l’esprit : « Je t’ordonne d’aller à Jésus-Christ, c’est à Jésus de s’occuper de toi dans sa Justice et sa Miséricorde. »

    Avec cette sorte de prière, vous vous en sortez en laissant le Seigneur résoudre les interrogations théologiques, tout en libérant la personne qui vous demande de la défendre de cette influence.

    12) De Dom Amorth, dans le livre « Exorcisme et Psychiatrie », « A propos des défunts qui sont au Purgatoire, rien n’empêche qu’ils puissent, avec la permission divine, faire leur purgatoire à travers les âmes d’êtres vivants, c’est-à-dire à travers des personnes qui sont encore itinérantes sur terre. Mais cette opinion n’était pas étrangère aux théologiens du Moyen Age et que j’approuve […]. »

    13) L’âme dans le passage de la mort dans le corps humain vivant s’entend, elle fait un bruit comme si l’on avait faim. Elle se situe plutôt à gauche dans le corps, au niveau du ventre.

    J’ai remarqué que les personnes atteintes de bipolarité et de schizophrénie ont souvent en elles des âmes dans le passage de la mort.

    14) Un témoignage qui illustre ce sujet d’âmes dans le passage de la mort : depuis cinquante ans, cette dame avait mal à l’estomac. Elle avait consulté des médecins qui n’avaient rien décelé d’anormal, puis rencontré le prêtre exorciste de son diocèse qui avait confirmé qu’il n’y avait pas d’envoûtement et elle avait vu aussi une guérisseuse ! Vous comprendrez dans ce livre que ce n’est pas bon de consulter une guérisseuse, même si elle vous est recommandée.
    Cette personne avait passé plusieurs coloscopies, médicalement, c’était inexplicable ! L’âme d’un membre de sa famille mort en révolte contre Dieu et par suicide l’habitait !

    15) Il est important d’indiquer la Parole de Dieu pour libérer ces âmes dans le passage de la mort :

    Ecclésiaste 9, 5. « Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront, mais les morts ne savent rien, et il n’y a plus pour eux de salaire; car leur mémoire est oubliée.
    6. Déjà leur amour, leur haine, leur envie ont péri, et ils n’auront plus jamais aucune part à ce qui se fait sous le soleil. »

    Dans Ecclésiaste 12, 1 à 7 : « Mais souviens-toi de ton créateur pendant les jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années s’approchent où tu diras: Je n’y prends point de plaisir; avant que s’obscurcissent le soleil et la lumière, la lune et les étoiles, et que les nuages reviennent après la pluie, temps où les gardiens de la maison tremblent, où les hommes forts se courbent, où celles qui moulent s’arrêtent parce qu’elles sont diminuées, où ceux qui regardent par les fenêtres sont obscurcis, où les deux battants de la porte se ferment sur la rue quand s’abaisse le bruit de la meule, où l’on se lève au chant de l’oiseau, où s’affaiblissent toutes les filles du chant, où l’on redoute ce qui est élevé, où l’on a des terreurs en chemin, où l’amandier fleurit, où la sauterelle devient pesante, et où la câpre n’a plus d’effet, car l’homme s’en va vers sa demeure éternelle, et les pleureurs parcourent les rues; avant que le cordon d’argent se détache, que le vase d’or se brise, que le seau se rompe sur la source, et que la roue se casse sur la citerne; avant que la poussière retourne à la terre, comme elle y était, et que l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné. »

    A redire trois fois : Parole de Dieu l’Ecclésiaste 12, 6. « Avant que se rompe le cordon d’argent, que se brise l’ampoule d’or, que la cruche se casse à la fontaine, que la poulie se brise et roule dans la citerne ;
    12, 7.et que la poussière retourne à la terre, selon ce qu’elle était ; et que l’esprit retourne à Dieu qui l’a donné. »
    Des personnes ont manifesté que cela réagit dans leur corps quand nous le disons trois fois. Je prie rarement seule, parfois avec un prêtre ou un intercesseur formé par mes soins ou un membre de la famille qui accepte de prier avec nous.

    16) “Mais il est un autre type de maladies qu’Hebga (très grand exorciste africain de renommée mondiale) rencontre et qu’il identifie non sans réserve il est vrai : les envoûtements et les possessions.
    Là où chimiothérapie, psychothérapie et guérisseurs africains ont échoué ;

    Ces cas d’envoûtement par une personne vivante, ou, plus étonnant, par une personne morte, un génie, un totem ; ces cas enfin de possessions sataniques où seul l’exorcisme arrive à délivrer le patient.- On assiste à d’étranges duels où des étudiants en proie à ces forces obscures sont déchirés ou annihilés. Le prêtre arrive à entrer en contact avec l’intrus qui habite le jeune homme, il arrive à faire parler le « parasite », à l’identifier, à l’acculer. Le malade n’est plus alors que le lieu d’un combat surprenant entre l’entité qui le domine et le prêtre qui l’affronte. Il y a de ces dialogues… qui rappellent les situations des héros de Bernanos.”
    17) « D’après les paroles mêmes de Jésus conférant à tous les croyants le pouvoir de chasser les démons (Marc 16 17), selon les enseignements communs des Pères de l’Eglise et des théologiens, il ressort très clairement que les laïcs peuvent faire des exorcismes privés, sans doute avec la prudence et la discrétion qui s’imposent. Ce pouvoir octroyé à tous les croyants conserve toute sa valeur de légitimité et toutes les interdictions ne peuvent être qu’abusives et invalides. C’est un pouvoir fondé sur la foi et la prière. Il convient de remarquer que, parmi les pouvoirs concédés à tous les croyants, l’exorcisme est mentionné en premier lieu. Cette fonction établie par le Christ est imprescriptible et elle jouit de la pérennité ! »
    « Dans son manuel de théologie morale, Dominique Prummer a écrit : « Non seulement les clercs, qui ont le pouvoir des ordres, mais aussi les laïcs peuvent pratiquer l’exorcisme d’une façon privée et secrète » (Manuale theologiae moralis, Barcelona, Herder, 1945, p 384). »
    « L’exorcisme privé est toujours permis, même aux laïcs, mais ceux-ci doivent parler en leur propre nom et pas au nom de l’Eglise. »

    18) Du livre « Sorcellerie et Prière de délivrance » du père Meinrad P.Hebga. Je vous renvoie à l’interview où vous avez lu qu’il y avait quatre formes de possession :

    1) « sorcier vivant » Page 99. Ou « envoûtement par une personne vivante », relire l’article de Lilian Kesteloot.

    “Deuxième type : […] mânes malveillants ou bienveillants. » Page 106. A la page 110, les possesseurs de […] sont […] des âmes du Purgatoire. Il ne faut pas les traiter comme des démons […] Tout ceci est troublant, mais nous avons beaucoup à apprendre sur la vie de l’au-delà […]”

    “Troisième type : […] génies bienveillants ou non.” Page 111. “Nous sommes le totem de la famille […] “Page 112. A la page 115, “les génies […] ne sont certes pas des démons. […]”

    19) Toutes ces citations de prêtres exorcistes de renommée mondiale pour certains, confirment la présence d’âmes errantes, soit dans un corps humain vivant, soit à l’extérieur, souvent là où elles sont décédées de mort violente, (c’est une belle mission de libérer ces âmes qui sont très reconnaissantes du bien reçu). On ne les voit pas, mais on les entend. Et elles se manifestent de la façon par laquelle elles sont décédées, par exemple par le feu, je ressens l’odeur de feu.
    Mon émail :
    [email protected]

    20) Extrait de la Présentation de l’auteure le 8 3 22 :
    Je m’appelle Béatrice Malleron, née en 1953 à Trèves en Allemagne, y résidant pendant huit années.
    A mon arrivée en France, d’abord en région parisienne, puis dans le Centre de la France, j’ai découvert les Guides de France, mouvement catholique d’éducation de la jeunesse et j’ai aimé vivre l’aventure guide, avoir des responsabilités, découvrir mes talents, avec le désir d’obéir à Dieu et à la Loi guide, d’apprendre à servir, à donner sans compter.
    En 1973, à 20 ans, rentrée dans l’Hospitalité Notre Dame de Lourdes où je remerciais la Vierge Marie d’avoir exaucé un vœu en me mettant au service des personnes Malades et Handicapées, au sein des différents diocèses, le Berry, la Charente, l’Oise, de nouveau le Berry, la Haute-Loire, au gré des mutations de mon mari.
    Et en même temps à Lourdes dans le service d’accueil aux Piscines où je me suis consacrée à Jésus par les mains de la Vierge Marie pour servir les personnes Malades le 4 septembre 1991 et avec mon mari, lui-même Hospitalier.
    En plus d’assurer beaucoup de bénévolat dans l’Église Catholique, je reçus une formation d’animateur laïc à Lourdes en 1977, formation interne chaque année dans le service des Piscines et dans les Hospitalité du Berry et de Charente, bénévole au Jubilé du Puy en 2005.
    Je reprends du service dans le guidisme en devenant Cheftaine, puis Responsable de Secteur et enfin Commissaire des Guides de France dans différents diocèses pendant 20 ans.
    En Charente, après avoir été appelée à organiser une journée de Malades de 200 personnes, je deviens Présidente des Nouveaux Hospitaliers après avoir été responsable des Nouveaux Hospitaliers dans un autre diocèse. 40 années à servir les Personnes Malades à Lourdes et dans les Hospitalités diocésaines. Et quatre années dans un service d’aumônerie d’hôpital (maladie d’Alzheimer et démence sénile), où je vivrais des grâces exceptionnelles.
    En même temps, service de la catéchèse dans différents diocèses et avec diverses responsabilités pendant 20 ans.
    Accueil d’une personne possédée le 14 septembre 2009 aux Piscines de Lourdes, pendant mon service de chef de bain.
    Déléguée de 4 associations (scouts de France, guides de France, action catholique des enfants, mouvement eucharistique des jeunes) au Synode d’Angoulême (1988).
    Depuis 2012, formation dans 6 services d’exorcisme pour les aider à finir des cas difficiles.

    21) Participation à deux émissions de radio, Radio Espérance à Lourdes et Radio Notre Dame à Paris pour témoigner que Dieu ne nous abandonne jamais dans l’épreuve.

    Et une troisième à Radio Maria France le 7 mai 2020 : Un prêtre m’écrivit du Canada : « je suis émerveillé par la prière à l’Esprit Saint du cardinal Mercier que vous avez priée au début de l’entrevue à »
    2020-05-07 Interview de Béatrice, hospitalière à Lourdes by …

    soundcloud.com › radiomariafrance › itw-temoignages-..

    22) L’Esprit Saint, le 8 janvier 2010, m’appellera à une nouvelle mission, servir les souffrants qui sont malmenés par le démon en me donnant de nombreux charismes dont ceux de guérison, de libération, de la couronne d’épines comme avait reçu saint Padre Pio, de discernement direct des esprits dans la libération et dans l’écoute, le parler en langues et autres…, relatés dans mes livres.

    23) J’ai pu écrire à Dom Amorth et me présenter, mais sa réponse fut mal traduite, voici la nouvelle traduction :
    De Don Amorth, prêtre exorciste italien : Rome, le 30 octobre 2012
    Béatrice,
    Je vois tout le bien que vous faites. Continuez d’accueillir avec assiduité les personnes que le Seigneur vous envoie. Il est très bon que vous ayez un prêtre pour directeur spirituel qui puisse vous conseiller. Veuillez bien prier pour moi aussi, je vous en serais reconnaissant, car j’en ai vraiment besoin. Et moi je prierai pour vous. Il n’est pas nécessaire que nous nous rencontrions. Il suffit que nous soyons unis au Seigneur et à la Vierge Marie.
    Je vous bénis en Jésus et Marie,
    Gabriele Amorth

    24) Mon expérience d’exercice de charismes depuis le 8 janvier 2010, appréciée par différents prêtres exorcistes ou accompagnateurs spirituels, est recueillie dans cinq livres que j’ai publiés :

    1 Une Hospitalière raconte… De la souffrance à la joie ! Editions Bénédictines 2011 ;

    2 Si tu crois, tu verras la Gloire de Dieu ; Editions Croix du Salut 23 mai 2017 ; (130 témoignages de libération et de guérison) ;

    3 Passeport pour l’Enfer si tu t’enfonces dans la boue de l’impureté ! Editions Croix du Salut 30 novembre 2018 ;

    4 La Vierge Marie nous annonce des fléaux mondiaux ! Notre Dame des Victoires, venez à notre secours ! Editions Generis Publishing 29 05 2020 ;

    5 Et Si eux se taisent, les pierres crieront ! Editions Generis Publishing 4 12 2020.

    25) Et deux articles :
    – Tribune : Ne minimisons pas l’action du démon dans nos vies à Riposte Catholique, 6 mai 2016. https://www.riposte-catholique.fr/archives/123379
    – Analyse : « Sophrologie et sorcellerie » site le Salon Beige le 12 septembre 2018. https://www.lesalonbeige.fr/sophrologie-et-sorcellerie/

  2. A tout hasard

    Plus brièvement que la précédente dame :
    un de mes amis souffrait depuis des années d’un blocage de machoire que les médecins n’arrivaient pas à comprendre. La famille, catholique, avait finit par se tourner vers un prêtre exorciste, sans succès. Et un jour le prêtre exoorciste a eu l’idée de dire une prière contre les âmes errantes. Et le soulagement a été immédiat.

    Il a ensuuite expliqué que les exorcismes n’avaient rien donné, puisqu’ils s’adressaient au démon. Or les âmes errantes ne sont pas des démons, ce sont des âmes.

    Pour information

Répondre