Encore la mantille

Bonjour mon père, mon frère, bonjour Alexis, Jean-Michel, Pascale. Merci beaucoup pour toutes les réponses à la question que j’avais posée initialement. J’ai mal retransmis ce qui m’avait été dit à l’oral, mea culpa, je retrouve dans un missel Lin et Clet comme 2ème et 3ème papes. Je lis à l’instant sur Wikipédia à la page de Lin(pape) que c’est dans le liber pontificalis qu’il serait dit “c’est Lin qui aurait prescrit, à la demande de Pierre, que les femmes se voilent à l’église”. Si quelqu’un a plus de données à l’occasion, mais sans non plus se casser trop la tête, je serais intéressée par savoir si cette règle d’être couverte (par autre chose que des cheveux a priori puisqu’il s’agirait du temps à l’église ?) a existé, et si oui jusqu’à quelle date (Vatican 2, ou 1983 ou beaucoup plus tôt ou autre ?), ou si nous n’avons aucune trace fiable de règle même ancienne. Est-ce que ste Marie-Madeleine a communié au corps du Christ ? Parce que j’ai l’impression que ce prêtre exigeait que les têtes des femmes soient couvertes surtout au moment de la communion. Merci encore pour toutes les réponses.

Nous ne savons pas qui sont ces père, frère, Alexis, Jean-Michel ou Pascale. Il résulte de cette question qu’il n’y a toujours pas de trace de règle de Lin (finalement, c’est St Lin plutôt que Clet, le mystère de https://reponses-catholiques.fr/est-il-obligatoire-de-porter-un-voile-a-la-messe-suite/ est résolu, donc) sur le fait de se voiler. Nous avons largement démontré que c’est normal puisque les débats de l’Antiquité (cf Tertullien), l’interprétation correcte de 1 Co 11, le contre-exemple des calottes portées par les clercs rendent cette règle, si tant est qu’elle ait existé, infondée.

Nous ne comprenons pas trop l’allusion à Ste Marie-Madeleine. Parce qu’elle est généralement représentée non voilée sur les peintures ? Mais cela ne nous dit rien sur la vraie Marie-Madeleine, qui devait être habillée comme toutes les femmes juives de son époque. Ses cheveux lâchés sont une convention.

Nous invitons nos lecteurs à se former en Bible dans des cursus sérieux. Et de ne pas prendre pour argent comptant des traditions, des conventions et des usages, ni se laisser influencer par des personnes qui ne maitrisent pas l’Ecriture, le Magistère, ni l’Histoire de l’Eglise. Si porter une mantille aide une femme à prier, qu’elle soit libre de la porter. Si elle la porte juste par conformisme, qu’elle se sente libre de se comporter et se vêtir avec plus de naturel.

2.8/5 - (6 votes)

Commentaires

  1. Alex

    ”Alexis, Jean-Michel ou Pascale” , sont les noms des gens qui ont commente la reponse a la question posee par la lectrice initialement.

  2. Guillaume

    Bonjour,
    La référence au voile imposé par st Lin est issu le Liber Pontificalis (qui est une référence catholique), tradition reprise par Dom Gueranger dans son Année Liturgique (qui est reconnu pour avoir été un historien rigoureux), et pratique qui a toujours été celle de l’Église jusqu’à la réforme du code de droit canon = voir canon 1262 du code de 1917:
    “Quand ils assistent aux fonctions sacrées, spécialement à la messe, soit à l’église, soit au dehors, les hommes doivent être tête nue, à moins que les circonstances contraires (par exemple, la maladie) ou que les usages particuliers (par exemple, les règlements militaires) n’exigent qu’ils restent couverts; quant aux femmes, elles doivent avoir la tête couverte et être vêtues modestement, surtout quand elles s’approchent de la sainte table.”

    Le saint Padre Pio ayant confirmé ce passage et precisé ce que l’Eglise entendait par “modestement vetue” (allant jusqu’à refuser la communion a celle s qui portaient des pantalons ou jupes trop courtes, ne serait ce qu’en privée). Or le Padre Pio ce n’est pas l’antiquité…

    Ainsi, quelque chose qui a été cru toujours partout et par tous c’est ce que l’Eglise appelle la Tradition d’après Saint Vincent de Lérins. Et surtout l’interpretation du passage de Saint Paul semble avoir été compris dans ce sens pendant pres de 2000 ans…

    Ne pouvons nous pas conclure, a ce stade, que l’Eglise tolère plus qu’elle n’encourage les femmes a se découvrir la tête dans les lieux saints ? En tout cas je préfères croire à 20 siecles d’église (papes, docteurs, mystiques et saints) que 50 ans d’exégètes modernes…

    Bien cordialement.

Répondre