Est-ce à nous d’offrir le sacrifice eucharistique?

Ce matin à la messe, le prêtre a utilisé la nouvelle invitation qui suit l’offertoire : “Priez, frères et sœurs, pour que mon sacrifice, qui est aussi le votre…” Si cette formule est la traduction exacte d’un ancien texte latin, n’est-elle pas erronée théologiquement ? La messe nous rend contemporains de l’unique sacrifice du Christ : ce n’est ni celui du prêtre, ni celui de l’assemblée que nous célébrons.

L’articulation entre le sacrifice du Christ une fois pour toute et sa réactualisation à chaque Eucharistie n’est, en effet, pas évidente. Elle est pourtant indispensable. Certes, le Christ est mort une unique fois et ne remeurt pas à chaque Eucharistie. Pourtant, nous offrons son Corps et son Sang à chaque fois. Mais c’est maintenant le Corps et le Sang du Ressuscité.

Jésus dit bien « Faites ceci en mémoire de moi ». Il nous demande donc de le faire. Il s’adresse aux Apôtres, donc aux évêques qui leur succèdent, puis par délégation aux prêtres, pour le faire. Il s’adresse implicitement à quiconque est présent car un prêtre offre toujours un sacrifice au nom d’un collectif plus large. C’est donc bien aussi à nous, via le prêtre agissant aussi pour le compte des fidèles, d’offrir ce sacrifice. D’ailleurs l’ancienne formule « Prions ensemble au moment d’offrir le sacrifice de toute l’Eglise » ne différait pas sur ce point : c’était « toute l’Eglise » qui offrait le sacrifice.

5/5 - (2 votes)

Répondre