Est-ce obligatoire de porter une mantille ou un voile à la messe ?

J’ai entendu dire par un prêtre traditionnaliste que c’était une règle de l’Eglise de porter un voile ou une mantille depuis St Clin, un des premiers papes. S’agit-il juste d’être décente ou faut-il pour respecter cette règle avoir la tête couverte (par autre chose que des cheveux) ?

 

Ce prêtre se trompe et oui, il s’agit d’être décente. Que St Clet (nous supposons que le “St Clin” en question est en fait St Clet, le pape martyr du Ier siècle) ait stipulé cette règle, c’est possible, même si nous n’avons pas retrouvé de trace de cela. Mais il n’est pas tenable de faire abstraction du contexte sur ce point : au temps de St Clet, les Romains païens, hommes et femmes, se couvraient la tête pendant les cérémonies cultuelles en signe de piété. Les Juifs aussi. L’usage général était donc à se couvrir la tête.

 

Nous ne revenons pas sur l’exégèse 1 Co 11 faite dans notre article https://reponses-catholiques.fr/couverture-des-femmes-a-la-messe/ que cette question commente. l’Ecriture préconise juste d’être couverte par un manteau. Remarquons que St Paul dit aussi que les hommes doivent avoir la tête découverte, alors que le Pape et les évêques portent une calotte. Comment justifier cet usage avec une interprétation littéraliste de l’Ecriture ? Pourtant, aucun prêtre traditionnaliste n’a l’air de s’en émouvoir.

 

Ensuite, il n’y avait pas de mantilles au temps de St Clin, donc on ne voit pas comment il aurait pu poser comme règle d’en porter une. Par conséquent, si on s’en tient à une supposée règle de St Clin, comment justifier de porter une mantille, apparue au XVIe siècle, et non un vrai voile, comme l’exigerait ce Pape ? Une mantille et un voile, ce n’est pas pareil. Se dire traditionnaliste devrait impliquer de respecter la Tradition à la lettre mais donc celle des temps apostoliques. A partir du moment où cette « tradition » ne date qu’à partir du XVIe siècle et au-delà, ce n’en est pas une. C’est une somme d’innovations qui peuvent être elles-mêmes renouvelées. D’ailleurs, le Code de droit canonique de 1983 ne contient plus cette obligation. Ce n’est pas sur www.reponses-catholiques.fr que nous irons contre l’autorité du Magistère.

 

Rappelons aussi que, à moins d’être une reine catholique en audience papale, seules les vierges peuvent porter une mantille blanche. Certaines vierges consacrées portent une mantille ou un voile blancs lors des liturgies. Mais c’est au titre de leur consécration virginale.

3.5/5 - (6 votes)

Commentaires

  1. Pascale

    Bonsoir,
    Merci pour votre réponse, ce qui m’a été expliqué par un prêtre tradi c’est que le fait de se couvrir la tête (pour une femme) est une forme d’humilité vis à vis de Dieu notre créateur, cela pouvait être également un signe d’obéissance à Dieu pour certaines d’entre nous qui pourrions être un peu… rebelles, c’est vrai que ce n’est pas simple de renoncer à tout pour suivre notre Seigneur, merci pour votre travail

  2. Bonjour,
    D’abord la première chose qui saute aux yeux d’un professeur d’histoire de l’Eglise, c’est qu’il n’existe pas de pape Clin ou Saint Clin… Il est donc difficile de faire remonter un usage à un personnage inexistant. Et il est difficile de développer les usages du temps d’un pape qui n’a pas existé : votre argumentation ne tient donc pas !
    Deuxièmement, Saint Paul en parle dans l’épître aux Corinthiens, vers les années 50 donc, alors que les apôtres sont encore en vie (sauf St Jacques le Majeur) et que St Paul dit bien que c’est un usage des Eglises chrétiennes, incontestable, contre lequel donc les femmes de Corinthe converties au christianisme n’ont pas de raison valable de remettre en cause.
    Troisièmement, une chose à laquelle le droit canonique n’oblige pas, n’est pas une chose interdite : votre réponse “D’ailleurs, le Code de droit canonique de 1983 ne contient plus cette obligation. Ce n’est pas sur https://www.reponses-catholiques.fr que nous irons contre l’autorité du Magistère.”. Il n’y a aucune autorité du Magistère qui dise qu’il est interdit que les femmes soient couvertes à l’Eglise. Là encore votre argumentation est “bidon”.
    L’Eglise ne peut pas désavouer ce qu’elle a imposé pendant des siècles. Votre argumentation sur la mantille est encore un sophisme : qu’il y ait une grande diversité de couvre-chefs et que certains apparaissent à une date tardive ne signifie en aucune manière qu’avant leur apparition les femmes étaient découvertes à l’Eglise… Le texte de l’épître aux Corinthiens en fait foi.
    Pourquoi le droit canon devrait il prescrire ce pour quoi un Apôtre – et non le moindre – fait une règle ? L’autorité de l’Apôtre ne suffit-elle pas ?
    Le second concile du Vatican dans la constitution “Dei Verbum” sur la Sainte Ecriture rappelle, selon la doctrine catholique pérenne et constante, que “puisque toutes les assertions des auteurs inspirés ou hagiographes doivent être tenues pour assertions de l’Esprit Saint, il faut déclarer que les livres de l’Écriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu a voulu voir consignée dans les Lettres sacrées pour notre salut” (mais je vous renvoie à tout le chapitre 11 dont cette phrase est extraite). Les phrases de St Paul dans l’épître aux Corinthiens au sujet de l’obligation faite aux femmes d’être couvertes font-elles oui ou non partie des Ecritures ? Si c’est oui, le concile Vatican 2 ne vous laisse pas le choix ce sont des assertions du Saint Esprit et non pas des tocades d’un machiste prénommé Paul, non ?
    Dès lors comment, sans aller contre le Saint Esprit, prétendre que cette obligation est nulle et non avenue ?

  3. Jean Michel

    Bonjour,
    On peut aussi considérer que le voile des femmes en église n’est pas indispensable dans la mesure où le Christ lui même ne l’a jamais vraiment préconisé, étant donné que les juifs au temps messianique tout le monde ,hommes femmes avaient la tête couverte.
    Le vêtement n’est donc pas primordial (Luc 12:22-23).
    Le cas de Sainte Marie Madeleine, qui n’apparait jamais voilée dans l’iconographie chrétienne, nous prouve que le voile n’est pas indispensable.
    L’explication réside qu’au temps du Christ les femmes de petite vertu et les prostituées ne portaient pas le voile.
    Le christ en a fait une telle Sainte après avoir chassé sept démons d’elle, qu’il a voulu lui apparaitre en premier au matin de Pâques, parce que l’amour est la plus grande vertu qui surpasse tout péché.
    De plus il est dit que les prostituées nous devanceront au royaume de Dieu car elles auront cru à la parole. (Mathieu 21:28-32)

  4. Alex

    En Europe l Eglise bat en retraite devant les attaques du monde. Des pretres aux religieuses qui ne portent plus leurs habits religieux en passant par les eveques, pretres et theologiens qui racontent des heresies. Pour justifier cela, on cherche a “contextualiser” tout par lachete . C est scandaleux.

Répondre