Faire béatifier un martyr de sa famille

Un prêtre, ancêtre de notre famille, a été guillotiné lors de la Révolution française. Je vois que bon nombre des religieux guillotinés sont presque “automatiquement” déclarés Bienheureux. Qu’en est-il en réalité ? Comment entamer des démarches ? Où trouver un postulateur ? Merci de vos lumières.

En fait, ce n’est pas si automatique que ça. Pour faire très court, une béatification (et une canonisation) reposent sur un certain nombre de critères, dont voici les principaux :

  • Etre martyr, c’est-à-dire avoir été tué en haine de la foi et en confessant cette foi
  • Ou a) voir reconnaitre l’héroïcité de ses vertus et b) voir reconnaitre un miracle obtenu par son intercession (un 2e miracle pour la canonisation)
  • Ou donner sa vie (par exemple des personnes qui restent à soigner des malades contagieux et en meurent)

Le martyre suffit, effectivement, pour être béatifié et éventuellement canonisé. Mais il faut qu’il soit établi, c’est-à-dire vraiment en haine de la foi. Tout catholique tué par un non-catholique n’est pas un martyr. A la Révolution, d’autres crimes ont été commis, sans caractère directement religieux. Par exemple, si ce prêtre était noble, il a pu être guillotiné de ce fait et non en tant que prêtre. S’il a aidé des chouans, son exécution peut être politique plutôt que religieuse etc.

Toujours est-il que faire béatifier quelqu’un est un travail de longue haleine, qui peut prendre, au sens propre des siècles. La première démarche à faire est d’écrire à l’évêque du lieu de son exécution pour demander l’ouverture d’une cause de béatification. C’est l’évêque qui désignera un postulateur local. Si le dossier local est suffisamment solide, il le transfèrera ensuite à la Congrégation pour la cause des saints. Là, un postulateur du St Siège poursuivra les démarches, fera faire les enquêtes contradictoires (l’ « avocat du diable ») etc. Si le dossier aboutit, il reviendra au diocèse pour la cérémonie de béatification.

Mais il ne faut pas contacter l’évêque les mains vides. En clair, il faut déjà monter un dossier en recueillant des documents, des témoignages etc. L’avantage, c’est que la période de la Révolution est tout de même assez bien documentée. On peut retrouver des écrits comme des lettres écrites en prison, les minutes du procès etc.

Les personnes voulant faire avancer la cause d’un potentiel Bienheureux se constituent souvent en association pour faire appel à des témoignages ou recueil de documents. Cela prend beaucoup de temps (aller consulter des archives etc) et de l’argent. Si ce prêtre était un religieux, c’est normalement sa congrégation qui fera les démarches.

Il est évident qu’une foule de saints anonymes ne sont pas béatifiés, faute de vivants assez motivés et ayant assez de ressources pour monter un dossier. Certaines congrégations et mouvements d’Eglise sont très forts pour cela. D’autres se donnent moins de peine. Prions pour que le Seigneur suscite de nombreux saints!

5/5 - (1 vote)

Commentaires

  1. verstock dany

    Merci pour votre réponse à cette question qui m’intéresse. Un de mes aïeux, Jean Louis Verstock, prêtre Récollet de Cassel, a été guillotiné le 30 juin 1794 à Arras.
    J’ai vu qu’une « cause en béatification des Prêtres Récollet de Cassel, martyrs de la foi, a été introduite en Cour de Rome. » dans un ouvrage de L. DÉTREZ : La Flandre religieuse (T. 1 pp. 269-303).
    Comment puis je savoir où en est cette démarche. A qui m’adresser …
    Merci beaucoup de me donner quelques pistes.

Répondre