Manque de prêtres et droit des fidèles

On peut comprendre que l’Eglise soit attachée au célibat “en vue du Royaume”. Le lien entre célibat et sacerdoce est déjà moins évident puisque cette discipline n’est pas universelle. Mais le droit des fidèles à avoir accès aux sacrements ne devrait-il pas être prioritaire par rapport à toute autre considération ? Je pense en particulier à nos déserts ecclésiaux du monde rural où bien des chrétiens âgés ont du mal à avoir accès à la communion, et encore plus à la réconciliation ou au sacrement des malades.

Un sacrement n’est pas un droit. C’est un don gratuit du Seigneur. Si on suit la logique de cette question-ci, elle ne concerne pas le célibat des prêtres mais le fait que les sacrements soient administrés par un prêtre, ou demandent une présence physique, ou demandent une préparation etc. Car, à ce moment-là :

  • Le « droit des fidèles à avoir accès aux sacrements ne devrait-il pas être prioritaire par rapport à toute autre considération ? », et donc justifier l’accès au sacrement des personnes excommuniées ?
  • La désertification des campagnes ne devrait-elle pas justifier la Confession, le Mariage, le Sacrement des malades, le Sacrement de l’Ordre par visio ? A quand un « Padrelib » sur le mode des téléconsultations d’un Doctolib ?
  • Pourquoi faudrait-il un prêtre ? Pourquoi un laïc qui télécharge un « tuto » ne pourrait pas administrer un quelconque sacrement et permettre ainsi d’exercer ce droit ?
  • D’ailleurs pourquoi avoir besoin de quelqu’un ? Pourquoi ne pas suivre la messe ou tout autre rituel sacramentel en visio et imprimer soi-même une hostie avec une imprimante 3 D ?
  • Pourquoi exiger deux ans de catéchuménat pour avoir « droit » au Baptême ? Une préparation au mariage pour avoir « droit » au Mariage ? De faire le séminaire avant d’avoir le « droit » d’être ordonné ? Si on supprime les 7 ans de séminaire, les prêtres seront beaucoup plus vite opérationnels et on pourra ordonner beaucoup plus de gens que la contrainte de ces longues études décourage.
  • D’ailleurs pourquoi être catholique ? Certaines églises évangéliques ont résolu le problème : plus de sacrement autre que le baptême, qui peut se faire en quelques jours. Tout un chacun peut devenir pasteur, sans études obligatoires, ou faites par correspondance. Quant au célibat pour le Royaume, il n’est pas pratiqué. Savoir si cela suscite davantage de chrétiens solides dans la foi enseignée par les Apôtres est une autre affaire.

Par ailleurs, que la même personne pose toujours la même question ne va pas changer notre réponse. Cf., donc, nos articles précédents : https://reponses-catholiques.fr/manque-de-pretres-et-eglise-schizophrene/.

Ne pas avoir accès aux sacrements est une souffrance pour les personnes isolées, âgées ou malades. Nous leur demandons de prier pour que le Seigneur envoie de saints prêtres et de lui présenter leur manque. Sans doute qu’elles n’ont aucune part à la déchristianisation et l’apostasie généralisée en Occident. Mais elles sont membres d’une communauté ecclésiale et la faute des certains membres retombe sur tous. Comme le petit reste d’Israël au temps d’Isaïe ou des Maccabées, ce sont les plus fidèles qui souffrent du fait des péchés du plus grand nombre. Ce que les Livres d’Isaïe ou des Maccabées nous enseignent, pourtant, c’est que le Seigneur les entend à un moment ou un autre. Que chacun oeuvre à son niveau pour qu’il y ait des familles chrétiennes, matrices de futurs prêtres et consacrées.

4.4/5 - (7 votes)

Commentaires

  1. Vous déformez mes propos : je n’ai pas parlé du droit aux sacrements, mais du droit à avoir accés aux sacrements. Pourquoi des gens qui ont eté baptisés, confirmés, n’ont-ils plus le droit de communier de se confesser, de recevoir le sacrement des malades parce que l’eveque a décidé que les pretres quitteraient la campagne pour aller en ville. Qui parle de donner la communion à tout le monde sinon vous. En fait, vous feriez mieux d’avouer que vous n’avez pas de réponse à ma question.

  2. Prier pour avoir des prêtres, on ne vous a pas attendu. J’ai un fils prêtre… en ville ! Nous n’avons aucun séminariste dans mon diocèse. Comme vous mettez 10 ans à les former, ce n’est pas demain qu’on aura des prêtres. Heureusement, “la puissance de Dieu n’est pas limitée par les sacrements”, dit St Thomas, et nos diacres vont porter la communion dans les villages. Merci d’ouvrir un peu les yeux sur la réalité avant de réciter vos cours. Cordialement.

  3. Les prêtres ne manquent nulle part au monde et en France. Il ne manque que notre sens de l’universalité de l’Eglise! Quel prêtre cherchez-vous? Blanc ou Noir; jaune ou rouge? Un êvêque ecrit pendant la journée pour les vocations: Je recrute! Un prêtre noir lui repond: je suis disponible; je vis en France sans paroisse! L’évêque lui declare: ce n’est pas ce profil que je cherche! Question: y a-t-il un profil pour accueillir un prêtre? La réponse: oui, il faut que le prêtre soit LGBT! Aucune surprise! Souvenez-vous de 2016 en Irlande du Nord: l’archevêque avait retiré ses séminaristes du séminaire où ils étaient obligés de pratiquer le mariage pour tous! Telle est la cause première du manque de prêtre dans certains pays d’Europe! Dans un avenir proche, seuls les homosexuels seront admis au seminaire! Prions pour l’Eglise qui se meurt du dedans! Il faudra que le pape réagisse avant q’il ne soit trop tard! Le clergé est infiltré par les lobby LGBT! Beaucoup de seminaristes et prêtres en souffrent serieusement!

Répondre