Pourquoi le silence de Dieu et de l’Eglise face aux transgressions bioéthiques?

Des milliers de catholiques se sont battus autant qu’ils le pouvaient contre les prétendues avancées des lois bio éthiques : mariage pour tous, enfants sans père qui sera suivi par la Gpa, avortement à 14 semaines, suppression du délai de réflexion, suppression de la clause de conscience pourquoi l’Eglise à de rares exceptions a gardé le silence et Dieu avec car les centaines de milliers de prières adressées au ciel sont restées lettres mortes.

Cette question en contient en fait deux, l’une sur le silence de l’Eglise et l’autre sur celui de Dieu, qui ne sont bien sûr pas du tout du même ordre. Commençons par l’Eglise.

Qu’est-ce que l’auteur de la question entend par « Eglise » ? Le Pape, le Magistère, un évêque ? Tous les évêques ? Une conférence épiscopale ? Son curé ? Des mouvements catholiques ? Tous les fidèles ?

Car, on peut toujours considérer qu’on n’en fait jamais assez. Mais pour notre part, nous ne voyons pas en quoi l’Eglise a « gardé le silence » sur ces sujets-là. A commencer par le Pape qui a combattu le mariage homosexuel en Argentine quand il était archevêque et reçu Ludovine de la Rochère, la présidente de La Manif Pour Tous, qui a rappelé constamment que « l’avortement est une horreur » et écrit une encyclique, Laudato si, qui inclut l’écologie humaine et la dénonciation de la « culture du déchet ». En France, la Conférence des évêques de France s’est exprimée officiellement contre l’adoption de ces lois mortifères et plusieurs évêques l’ont fait en leur nom propre. Plusieurs paroisses ont relayé les appels à manifester contre ces lois ou autorisé le tractage sur le parvis. Les catholiques ont été suffisamment nombreux dans les Etats généraux de la bioéthique ou pour proposer la suppression de la Loi Taubira comme thème du Grand débat après la crise des Gilets jaunes, au point que leurs idées en sont sorties majoritaires. Que le gouvernement n’en ait tenu aucun compte est une autre affaire. Enfin, quand les gigantesques manifs pour tous ont reçu bénédictions et messages de soutien et mobilisé des millions de personnes, souvent catholiques, on ne peut pas parler de « silence ». D’échec, peut-être. Mais pas de « silence ».

Ou alors, encore une fois, le silence de qui ? Si nos pasteurs sont trop timorés, ils ont la charge du Peuple de Dieu mais ils sont aussi issus de ce peuple. Des millions de membres de ce peuple ont manifesté avec La Manif Pour Tous contre la Loi Taubira. Ils n’étaient plus que quelques dizaines de milliers, puis quelques milliers lors des mobilisations contre la PMA et celles de La Marche pour la Vie contre l’avortement et l’euthanasie, en particulier celle contre l’avortement à 14 semaines. Où sont passés les autres?

Poursuivons. Le thème de l’échec nous amène au silence de Dieu. Dieu est-Il silencieux ou exauce-t-Il les prières (cf. https://reponses-catholiques.fr/pourquoi-dieu-ne-repond-pas-aux-prieres/)? Que penser des centaines de millions de prières que les 260 millions de chrétiens persécutés de nos jours adressent certainement au Ciel ? De celles des 300 000 chrétiens, selon certaines estimations, enfermés en camp de travail au Corée du Nord ? Et qui en sont à la troisième génération de dictateurs, sans voir aucune amélioration?  Ou encore, de celles des chrétiens persécutés en terres d’Islam depuis maintenant 1400 ans ? C’est long, 1400 ans… Gardent-ils la foi ? Où cessent-ils de prier parce que Dieu serait “silencieux” et leurs prières resteraient “lettres mortes”?

Mais les Juifs qui ont vu la destruction du Temple de Jérusalem en 586 av. J.-C et qui ont été déportés à Babylone pendant 70 ans (c’est-à-dire que les adultes n’ont pas vécu le retour Judée) pouvaient-ils imaginer la défaite des Babyloniens face à Cyrus et que ce dernier les autoriserait à rentrer et rebâtir le Temple ? Les chrétiens qui ont été persécutés pendant trois siècles dans l’Empire romain pouvaient-ils imaginer l’Edit de Constantin en 312 ? Les chrétiens de la péninsule ibérique vaincus par les envahisseurs musulmans en 711 pouvaient-ils imaginer la prise de Grenade sept siècles après ? Les Serbes terrassés par les Turcs à la bataille de Kosovo Polje pouvaient-ils imaginer la victoire de Lépante deux siècles après en 1571 ? Les Japonais catholiques qui sont restés clandestins et cachés sans prêtres pendant 250 ans pouvaient-ils imaginer l’ouverture de l’ère Meiji et le retour des missionnaires ? Les chrétiens persécutés par les soviétiques pendant 70 ans pouvaient-ils imaginer Solidarnosc et la Chute du Mur de Berlin ? Ont-ils cessé de prier ? Et « Quand le Fils de l’Homme reviendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre ? » (Lc 18,8)

5/5 - (1 vote)

Répondre